CEoG Advisor Profile: Alcino Izata da Conceição (Angola)

Updated: Aug 31, 2020




***Version française ci-dessous***


Alcino dos Prazeres Izata Francisco da Conceição was the Secretary for Economic Affairs at the Angolan presidency between 2018 and 2019. In this role he led the president's Secretariat for Economic Affairs. Alcino arrived in that position by way of a rich and varied career in macroeconomics and financial affairs. In 2000, he obtained a post-graduate degree in Economics and Finance from the Jules Verne University, in Amiens, France. Following that, he spent time studying in the UK. In addition to providing solid training as a basis for his career in economics, these experiences helped Alcino expand his multilingual toolkit.


The economic training and facility with languages proved important for a series of positions, each with an international dimension. Alcino moved back to Angola in 2002 to work with the large energy company Elf Exploration Angola, now Total. Shortly after those experiences, he moved to the Ministry of Planning where he was quickly promoted to head the department of Multilateral Development Aid and then to head of department of economic forecast. He moved from there to the IMF in August 2010, where he spent four years as an advisor to the executive director of one of the African constituencies. He returned to Angola in 2014 to join the office of the Vice President as an advisor for economic and corporate affairs and in 2018 he was reconfirmed advisor to the Vice-President for economic and social affairs.  In July 2018 he was appointed as the Secretary for Economic Affairs to the President, the equivalent role of chief economic advisor.


Alcino shared details on how the chief economic advisor role was structured in Angola during his tenure. The Secretariat for Economic Affairs worked closely with the Minister of State for Economic Coordination to convene a macroeconomic technical working group that acted as a staging ground for ideas and policy proposals coming from the medium-term national development plan from 2018-2022. The technical working group consisted of representatives from key ministries such as the Ministry of Finance, the Ministry of Economy and Planning, and the Central Bank. Depending on the matters discussed other line ministries such as the Ministry of Minerals and Petroleum, the Ministries of Agriculture and Fisheries, and the Ministry of Industry were also invited. Its purpose was to vet and discuss proposals before they were raised to the Economic Team led by the State Minister for Economic Coordination. The technical working group met once a week in ordinary basis with sessions running from 3pm to 8pm.


The Economic Commission of the Cabinet Council is the key decision-making body regarding macroeconomic policy. It is chaired by the President, and several ministers from the relevant macroeconomic and real sector ministries sit on it. The technical working group and the Economic team ensured that policies had been discussed and well-coordinated, with attention to working out details before the policies passed to the Economic Commission. As a convener of the technical working group, the Secretariat for Economic Affairs played an important role in this process, providing input into the policy discussions, and keeping vetted information flowing between relevant stakeholders and key decision makers.

In addition to being the regular conduit between the technical working group and the Economic Team and the presidency, the Secretariat for Economic Affairs carried out other important economic functions. It played a role in the implementation of the medium-term national development plan. In this respect, the Secretariat worked closely with the Ministry of Finance, the Ministry of Economy and Planning and with the Central Bank to provide leadership and coordination in the budget process, sourcing input on directions of real sector growth, opportunities for structural reform, and macroeconomic trends from the diverse range of stakeholders who hold this primary information.

Alcino headed the Secretariat for Economic Affairs and eleven staff members supported him in his role. His staff were all mid- to senior-level experts, all Angolan nationals specialized in economics and a range of other relevant competencies. Alcino emphasized this multi-sectoral capability. On average, they had seven to ten years of work experience in policy roles. Given the high levels of responsibility delegated to the team, Alcino suggested that their main roles would not be appropriate for entry-level workers. The type of tasks completed by the team include the preparation of daily reports on the state of the Angolan economy, which Alcino might draw on in briefings to the Minister of State for Economic Coordination and to the President. A degree of coordination and trust building was necessary to attract this talent away from complementary institutions such as the Central Bank or Ministry of Finance and from the private sector. The Secretariat for Economic Affairs was based at the presidency, officially listed as an auxiliary organ of the President's office.

As many chief economic advisors, Alcino doesn't describe himself as a specialist, but rather emphasized that the role required a person who could be polyvalent. A broad range of responsibilities and issue areas crossed his table. He shared three examples where the Secretariat for Economic Affairs played an instrumental role.

The first example was Angola’s negotiation of an extended financing facility with the IMF, where the Secretariat for Economic Affairs, and Alcino's multilateral experience, played an important role in the negotiations and analysis. The second example is the recently launched privatization program which includes the phasing out of around 190 public entities. This process attracts both domestic and overseas investors and the Secretariat has been instrumental in participating and evaluating expressions of interest. Finally, Alcino strongly supported the negotiation of a conditional cash transfer scheme financed by the World Bank. It will tie a safety net program with social incentives such as encouraging engagement in local productive businesses, vaccinations, or ensuring that children stay in school.


A fourth policy example has not yet been tested. Our conversation took place the day after a new VAT scheme had launched. Alcino and the Secretariat were also closely been involved in the development of the reform. A comparison of VAT schemes across Africa is the CEoG striking chart for the month.

Reflecting back on his time as chief economic advisor, Alcino highlighted some specificities of the role and the qualities an advisor might develop to help him or her be effective in their task. 

First, being a chief economic advisor to a head of state is a demanding role that is always challenging. Advisors must be able to move quickly on short notice, whether that means physical travel or being able to provide an accurate and timely response to a specific question. It is therefore important for advisors to stay ahead of the issues. Alcino reads widely on reports and publications about Angola and the world. Details of how he organized his workflow, such as daily reports on the Angolan economy from his team helped with this, but the ultimate responsibility was always in his hands as the chief economic advisor.

Second, an advisor needs to build trust. Not only trust with the President, but also trust and confidence from other government partners. Alcino emphasized that there is no fixed formula for the process of building trust — much of it depends on the personalities of the people involved. The existing legal framework (such as having a well-defined technical working group that meets regularly) helps lay a foundation, but it is the process of working together, coordinating and demonstrating goodwill that builds trust. By the end of his tenure, Alcino felt that he had the full confidence of his counterparts in other relevant parts of government beyond the Secretariat for Economic affairs.

 

Finally, we spoke a bit about the role of the chief economic advisor as a source of ideas for the President. Alcino emphasized that it is not always appropriate to present the president with every new idea as it comes up. The president is conducting economic policy within a political process. There must be confidence that ideas are good and in line with the President's vision before escalating them. Here again, a body like the technical working group is useful: ideas can be thoroughly discussed and explored with line ministries before they are presented to the President. As Alcino said, ultimately the job of the chief economic advisor is not to monitor issues in order to present the President with problems, but rather the job of the chief economic advisor is to present the President with workable solutions.

Despite moving on from the chief economic advisor position in Angola, Alcino will remain connected to the CEoG network as a resource person. Many current advisors could benefit from his experiences. His successor is Mr Lopes Paulo, who will join the network as the current chief economic advisor of Angola.


*** Version française traduite automatiquement***


Alcino dos Prazeres Izata Francisco da Conceição fut secrétaire aux affaires économiques de la présidence angolaise de 2018 à 2019. Alcino est arrivé à ce poste après une carrière riche et variée dans la gestion macroéconomique et financière. En 2000, il obtint un diplôme d’études supérieures en économie et finance de l’Université Jules Verne, à Amiens, en France. Après cela, il poursuivit ses études au Royaume-Uni. En plus de lui avoir doter de solides compétences techniques en économie, ces expériences lui ont permis d’acquérir des compétences linguistiques.


Les compétences économiques et linguistiques acquises durant ces années lui ont permis d’occuper divers postes de responsabilités, chacun ayant une dimension internationale. Alcino est retourné en Angola en 2002 pour travailler avec la grande société énergétique Elf Exploration Angola, maintenant Total. Peu de temps après cette expérience, il intégra le ministère de la Planification, où il a rapidement été promu à la tête du département de l'aide au développement multilatéral, puis à la tête du département des prévisions économiques. Il a ensuite rejoint le FMI en août 2010, où il a été pendant quatre ans conseiller du directeur exécutif de l'une des circonscriptions africaines. En 2014, Il revint en Angola pour rejoindre le bureau du vice-président en tant que conseiller pour les affaires économiques et commerciales. En 2018, il fut confirmé à nouveau conseiller du vice-président pour les affaires économiques et sociales. Quelques mois plus tard, en juillet 2018, il est nommé secrétaire aux affaires économiques du président, ce qui équivaut à un poste de conseiller économique en chef.


Alcino a nous a parlé de la structure du cabinet et du mandat du conseiller économique en chef en Angola au cours de son mandat. Le Sous-secrétariat aux affaires économiques travaillait en étroite collaboration avec le ministre d'État à la Coordination économique. Il réunissait le groupe de travail technique sur les questions macroéconomiques. Par exemple ce dernier a servi de tremplin aux idées et aux propositions politiques émanant du plan de développement national à moyen terme 2018-2022. Le groupe de travail technique était composé de représentants de ministères clés tels que le ministère des Finances, le ministère de l'Économie et du Plan et la Banque centrale. En fonction des sujets a traiter, d'autres ministères, tels que le ministère des Minéraux et du Pétrole, les ministères de l'Agriculture et de la Pêche, et le ministère de l'Industrie étaient également invités. Son but était d'examiner et de discuter les propositions avant qu'elles ne soient présentées à l'équipe économique dirigée par le ministre d'État chargé de la Coordination économique. Le groupe de travail technique se réunissait une fois par semaine, avec des sessions qui duraient de 15h à 20h.


La Commission économique du Conseil des ministres est l’instance décisionnelle principale en matière de politique macroéconomique. Elle est présidée par le président de la république. Les ministres sectoriels concernés y siègent. Le groupe de travail technique et l'équipe économique veillait à ce que les politiques aient été discutées et bien coordonnées, dans les moindres détails avant leur transmission à la Commission économique. En tant que responsable du groupe de travail technique, le Sous-secrétariat aux questions économiques jouait un rôle important dans ce processus en contribuant aux discussions sur les politiques et en veillant à ce que des informations vérifiées circulent entre les parties prenantes et les principaux décideurs.


En plus d’être le lien régulier entre le groupe de travail technique, l’équipe économique et la présidence, le Sous-secrétariat aux affaires économiques s’acquittait d’autres fonctions économiques importantes. Il jouait un rôle dans la mise en œuvre du plan de développement national à moyen terme. À cet égard, le Secrétariat travaillait en étroite collaboration avec le Ministère des finances, le Ministère de l'économie et du plan et la Banque centrale pour assurer la direction et la coordination du processus budgétaire, en fournissant des informations sur les orientations de la croissance du secteur réel, les possibilités de réformes structurelles et tendances macroéconomiques.


Pendant qu’Alcino était à la tête du Secrétariat aux affaires économiques, il avait une équipe composée d’onze membres qui l’appuyaient dans ses fonctions. Ses collaborateurs étaient tous des experts de niveau intermédiaire à supérieur, tous des ressortissants angolais spécialisés en économie et dans une série d'autres compétences pertinentes. Alcino mettait l'accent sur cette capacité multisectorielle. En moyenne, ils avaient sept à dix ans d’expérience professionnelle dans des rôles politiques. Compte tenu de l’exigence des postes de responsabilités, Alcino suggérait que leurs rôles principaux ne seraient pas appropriés pour les travailleurs débutants. Les tâches accomplies par l’équipe comprenaient la préparation de rapports quotidiens sur l’état de l’économie angolaise, sur lesquels Alcino s’inspireraient pour informer le ministre d’État chargé de la Coordination économique et le président. Un certain degré de coordination et de renforcement de la confiance était nécessaire pour attirer ce talent loin d'institutions complémentaires telles que la Banque centrale ou le ministère des Finances et du secteur privé. Le secrétariat aux affaires économiques était basé à la présidence, officiellement répertorié comme un organe auxiliaire du bureau du président.


Comme beaucoup de conseillers économiques en chef, Alcino ne se décrit pas comme un spécialiste, mais insiste sur le fait que son rôle exige une personne pouvant être polyvalente. Il s’est occupé de plusieurs domaines d’activités. Il a partagé trois exemples dans lesquels le Secrétariat aux affaires économiques avait joué un rôle déterminant.


Le premier exemple est la négociation d’une facilité de financement élargie avec le FMI, où le Secrétariat aux affaires économiques et l’expérience multilatérale d’Alcino ont joué un rôle important dans les négociations et l’analyse. Le deuxième exemple est le programme de privatisation lancé récemment, qui prévoit la sortie progressive d'environ 190 entités publiques. Ce processus attire à la fois des investisseurs nationaux et étrangers et le Secrétariat a joué un rôle déterminant dans la participation et l’évaluation des manifestations d’intérêt. Enfin, Alcino a fermement soutenu la négociation d'un système de transferts monétaires conditionnels financé par la Banque mondiale. Il associe un programme de filet de sécurité à des incitations sociales telles que l’encouragement à la participation à des activités productives locales, la vaccination ou la garantie que les enfants restent à l’école.


Un autre exemple de stratégie n'a pas encore été testé. Notre conversation a eu lieu le lendemain du lancement d'un nouveau régime de TVA. Alcino et le Secrétariat ont également été étroitement associés au développement de la réforme. Une comparaison des régimes de TVA en Afrique est le tableau frappant du CEoG pour le mois.


Réfléchissant sur son temps en tant que conseiller économique en chef, Alcino a souligné certaines spécificités du rôle et des qualités qu'un conseiller pourrait développer pour l'aider à être efficace dans sa tâche.


Premièrement, être un conseiller économique d’un chef d’État est un rôle exigeant et toujours difficile. Les conseillers doivent pouvoir agir rapidement, qu'il s'agisse d'un déplacement physique ou de la capacité de fournir une réponse précise et rapide à une question spécifique. Il est donc important que les conseillers restent à l’avant-garde des problèmes. Alcino a lu beaucoup de rapports et de publications sur l'Angola et le monde. Les questions clés de la manière dont il organisait son travail, tels que les rapports quotidiens préparé par son équipe sur l'économie angolaise, y contribuaient, mais la responsabilité ultime était toujours entre ses mains en tant que conseiller économique en chef.


Deuxièmement, un conseiller doit créer un climat de confiance. Non seulement confiance avec le président, mais aussi confiance avec les autres partenaires gouvernementaux. Alcino a souligné qu'il n'existait aucune formule fixe pour le processus de renforcement de la confiance - cela dépend en grande partie de la personnalité des personnes concernées. Le cadre juridique existant (par exemple, un groupe de travail technique bien défini qui se réunit régulièrement) permet de jeter les bases, mais c’est le processus de collaboration, de coordination et de démonstration de la bonne volonté qui renforce la confiance. À la fin de son mandat, Alcino estimait avoir la totale confiance de ses homologues dans les autres secteurs du gouvernement concernés, autres que le Sous-secrétariat aux affaires économiques.


Enfin, nous avons parlé un peu du rôle du conseiller économique en chef en tant que source d’idées pour le président. Alcino a souligné qu'il n'était pas toujours approprié de présenter au président chaque nouvelle idée à mesure qu'elle se présentait. Le président conduit la politique économique dans le cadre d'un processus politique. Il faut que les idées soient bonnes et conformes à la vision du président avant de les faire progresser. Là encore, un organe tel que le groupe de travail technique est utile: les idées peuvent être examinées et explorées de manière approfondie avec les ministères avant d’être présentées au président. Comme Alcino l'a mentionné, le rôle du conseiller économique en chef n'est pas de surveiller les problèmes pour présenter des problèmes au président, mais de présenter les solutions viables.


Malgré son départ du poste de conseiller économique en chef en Angola, Alcino restera connecté au réseau CEoG en tant que personne-ressource. De nombreux conseillers actuels pourraient tirer profit de ses expériences. Son successeur est M. Lopes Paulo. Il rejoindra le réseau en tant que conseiller économique en chef actuel de l'Angola.


Send feedback



58 views0 comments