CEoG Advisor Profile: Adeyemi Dipeolu (Nigeria)

This is the first edition of the CEoG Profile Series. The profiles are written based on interviews and discussions with different advisors. The goal of the series is to dedicate some space to learn more about an advisor, their experiences, their policy successes and challenges, and some of the questions they would like to pose to the network. Please follow up on the interview with questions via Whatsapp, email or in the comments sections of the website. We look forward to building profiles of the whole network! / Ceci est la première édition de la série de profils CEoG. Les profils sont rédigés à partir d'entretiens et de discussions avec différents conseillers. Le but de la série est de consacrer un espace pour en apprendre davantage sur un conseiller, ses expériences, ses succès et ses défis en matière de politique et sur certaines des questions qu’il aimerait poser au réseau. Veuillez posez des questions via Whatsapp, par courrier électronique ou dans les sections de commentaires du site Web. Nous sommes impatients de créer des profils de l’ensemble du réseau!




*** Version française ci-dessous***


Big questions like “what leads to structural change?” drew Adeyemi Dipeolu to economics. He has taken many opportunities over a long career to contribute to policies that answer these questions.


Yemi, as he introduced himself to the network, is the Special Advisor to the President on Economic Matters in Nigeria. He has been in this role since 2015. His path there has taken him from the Universities of Ife, Oxford, Cambridge and South Africa to roles at ECA and in the Nigerian Foreign Service. He has served in Geneva, Pretoria, Addis Ababa and Caracas. Yemi understands French and Spanish.


Bringing this breadth of experience, and a passion for economic development to the position of special advisor on economic affairs, Yemi is almost philosophical about the role. In a sense, “the role speaks for itself”, he says. A major value of an economic advisor is to help senior politicians understand how economic goals co-mingle with reality.


Yemi emphasises that this is carried out in a context where political leaders may have economic preferences. And the advisor's role is to say, "yes, that is doable – but these are the tradeoffs." He provides a metaphor to illustrate how a strictly programmatic approach to policy making may be misguided, and the alternatives that advisors can offer to such a process. "There is a tendency in the general public to think of economics as physics and to say if you heat water to a certain temperature it will start boiling. But economics is not like that." A presidential advisor reminds those engaged in the policy process that there are multiple pathways to reach an objective, and they each involve different sets of tradeoffs and considerations.


A constant piece of advice to junior colleagues is to contextualize -- taking into account one of the first lessons of economics, where beginning students are taught the Ceteris Paribus principle or all other things being equal assumption. That assumption can be pervasive in economic thinking, but things are rarely equal when policy is being developed. Time, culture and skill sets are all examples of elements that cannot be held constant. An essential task of a presidential advisor is to maintain an overview of these dynamics while exploring pathways to different policy goals.


In addition to incorporating the complexities of reality into economic preferences, Yemi described five more tasks that could be part of the job description of a senior presidential advisor.


1. To shape the policy direction at the macro-level and to help develop the national developmental plan;


2. To analyse the impact of policy outcomes and explore the consequences of policy actions;


3. To promote linkages with the private sector;


4. To serve on coordinating committees – a recent example from Nigeria is the Industrial Policy Council which brings together stakeholders from various sectors;


5. And to facilitate understanding of international dimensions.


Two examples illustrate occasions when Yemi and his team fulfilled these roles by intervening with well-researched background papers that laid out stakes and options of different policy actions. The first of these was a recent paper developed in conjunction with DFID, evaluating possibilities to better engage the diaspora in the national development goals. The paper estimates that the Nigerian diaspora currently brings in $25 billion, but it is possible to do more. This forward-looking paper was presented to relevant stakeholders to spark discussions about diaspora engagement.


A second example relates to evaluating consequences and unexpected outcomes of government policies. A few years ago, the Nigerian government moved to remove the oil subsidy. Reports prepared through Yemi and his team helped the government to fast-track implementation of the national social investment program that acted as a counterweight to the social impacts of the removed subsidies.


The core team that Yemi works with consists of about 4 program and administrative officers. They receive technical support and inputs from different agencies as necessary.


More broadly, the Special Advisor position is embedded in the Economic Management Team (EMT). This is one of the structures that allows Nigeria to do a particularly good job of policy coordination. We spoke about this at two levels – coordination between ministries and relevant stakeholders, as well as coordination in the context of a federal state.


The EMT achieves coordination at the national level. It is chaired by the Vice President. Membership of the EMT includes the Ministers of Finance; Budget and National Planning; Industry, Trade and Investment; and the Minister of State for Petroleum. Director Generals of relevant agencies are also part of the EMT and the Central Bank Governor is called in as necessary. The team of course also includes the Special Adviser to the President, Yemi.


The people and offices who make up the EMT allow it to function as a cross-ministerial body for policy engagement and policy coordination. It facilitates an understanding that Yemi highlights as

important for the success of any presidential advisor – to know how government functions and how best to achieve results by building networks of knowledge and support.


The National Economic Council (NEC) exists at the federal level. It is headed by the Vice-President, who also leads the EMT. This allows for smooth coordination between the two bodies, with the different levels acting as partners and facilitators of interlinked policies rather than competitors for policy dominance.


At the end of the interview Yemi posed three questions to other advisors in the network:


1. How many of you are in structured or unstructured roles?


2. What is the most pressing challenge in terms of your economy?


3. How do you keep abreast of the latest thinking in policy making?


We have the beginnings of an answer to the first question based on information advisors shared at the Forum. 15 out of 19 considered their role to be institutionalised. It will be interesting to continue

discussions about the intersections of structure and flexibility in the advisor role.


We turn the floor over to all advisors for answers to the remaining questions. Please use the comments function on this website or share any responses over the Whatsapp group.


The last words belong to Yemi. “[Ultimately,] the goal of an advisor is to help government achieve its objectives”. Sometimes this might mean that advisors step away from considerations of rank and hierarchy. Many times, it means getting involved through careful technical analysis and policy communication. These are positions Yemi has been navigating for almost four years. As a network, we are privileged for this brief opportunity to learn from his experience.



*** Version française ***


Les grandes questions telles que « Qu'est-ce qui conduit à la transformation structurelle ?» ont attiré Adeyemi Dipeolu vers les sciences économiques. Il a saisi plusieurs opportunités au cours d'une longue carrière, pour contribuer aux politiques qui répondent à ces questions.


Yemi, comme il s’est présenté lui-même au réseau est le conseiller spécial du président pour les questions économiques au Nigéria. Il occupe ce poste depuis 2015. Son parcours jusqu’à cette fonction l’a amené des universités d’Ife, d’Oxford, de Cambridge et d’Afrique du Sud à des postes à la commission économique pour l’Afrique (ECA) et aux affaires étrangères du Nigéria. Il a servi à Genève, Pretoria, Addis-Abeba et Caracas. Yemi comprend le français et l'espagnol.


En apportant cette riche expérience et cette passion pour le développement économique au poste de conseiller spécial chargé des affaires économiques, Yemi est presque philosophique à propos de ce rôle. En un sens, "le rôle parle de lui-même", dit-il. La contribution principale d’un conseiller économique est d’aider les responsables politiques de haut rang à comprendre comment les objectifs économiques s’appliquent à la réalité.


Yemi souligne que cela se fait dans un contexte où les dirigeants politiques peuvent avoir des préférences économiques. Et le rôle du conseiller est de dire : "Oui, c'est faisable - mais voilà les compromis." Il fournit une métaphore pour illustrer comment une approche strictement programmatique de la prise de décision peut être mal avisée, ainsi que les alternatives que les conseillers peuvent apporter à un tel processus. "Le grand public a tendance à considérer l'économie comme la physique et à dire que si on chauffe l'eau à une certaine température, elle commencera à bouillir. Mais l'économie n'est pas comme ça." Un conseiller présidentiel rappelle aux participants au processus d’élaboration des politiques qu’il existe plusieurs moyens d’atteindre un objectif et que ces moyens impliquent chacun un ensemble différent de compromis et de considérations.


Un conseil constant pour les collègues débutants est de contextualiser, en prenant en compte l’une des premières leçons d’économie, où les débutants apprennent le principe Ceteris Paribus ou toutes choses étant égales par ailleurs. Cette hypothèse peut être envahissante dans la pensée économique, mais les choses sont rarement égales lorsque la politique est élaborée. Le temps, la culture et les compétences sont tous des exemples d'éléments qui ne peuvent être maintenus constants. Une tâche essentielle d'un conseiller présidentiel consiste à conserver une vue d'ensemble de ces dynamiques tout en explorant les voies à suivre pour atteindre différents objectifs politiques.


En plus d'intégrer les complexités de la réalité dans les préférences économiques, Yemi a décrit cinq tâches supplémentaires qui pourraient faire partie du travail d'un conseiller présidentiel principal.


1. définir l'orientation des politiques au niveau macro et contribuer à l'élaboration du plan de développement national ;


2. analyser l'impact des résultats politiques et explorer les conséquences des actions politiques ;


3. promouvoir les liens avec le secteur privé ;


4. faire partie de comités de coordination - un exemple récent du Nigéria est le Conseil de la politique industrielle, qui réunit des parties prenantes de divers secteurs ;


5. Et faciliter la compréhension des questions à dimensions internationales.


Deux exemples illustrent des occasions où Yemi et son équipe ont joué ce rôle en intervenant à l'aide d’articles de recherches bien documentés qui exposaient les enjeux et les options de différentes actions politiques. Le premier d'entre eux était un document récent élaboré en collaboration avec le département pour le développement international Britannique (DFID), évaluant les possibilités d’amélioration de l’intégration de la diaspora dans les objectifs de développement national. Le document estime que la diaspora nigériane rapporte actuellement 25 milliards de dollars, mais il est possible de faire plus. Ce document prospectif a été présenté aux parties prenantes concernées afin de lancer des discussions sur l'engagement de la diaspora.


Un deuxième exemple concerne l'évaluation des conséquences et des résultats inattendus des politiques gouvernementales. Il y a quelques années, le gouvernement nigérian décida de supprimer la subvention pétrolière. Les rapports préparés par l'intermédiaire de Yemi et de son équipe ont aidé le gouvernement à accélérer la mise en œuvre du programme national d'investissement social, qui contrebalançait les impacts sociaux des subventions supprimées.


L'équipe de base avec laquelle Yemi travaille est composée d'environ 4 agents de programme et administratifs. Ils reçoivent un appui technique et des apports de différentes agences selon les besoins.


Plus généralement, le poste de conseiller spécial est intégré à l’équipe de gestion économique (EMT). C’est l’une des structures qui permet au Nigéria de faire un travail particulièrement efficace en matière de coordination des politiques. Nous en avons parlé à deux niveaux : la coordination entre les ministères et les parties prenantes concernées, ainsi que la coordination dans le contexte d'un État fédéral.


L'EMT assure la coordination au niveau national. Il est présidé par le vice-président. La composition de l'EMT comprend les Ministres des Finances ; Budget et Planification Nationale ; Industrie, Commerce et Investissement ; et le Ministre d'État chargé du Pétrole. Les Directeurs Généraux des agences concernées font également partie de l'EMT et le Gouverneur de la Banque Centrale est appelé au besoin. Bien entendu, l’équipe comprend également le Conseiller Spécial du président, Yemi.


Les personnes et les bureaux qui composent l’EMT lui permettent de fonctionner en tant qu’organe interministériel chargé de l’analyse et de la coordination des politiques. Il facilite la compréhension que Yemi souligne comme importante pour le succès de tout conseiller présidentiel - savoir comment fonctionne le gouvernement et comment obtenir des résultats optimaux en créant des réseaux de connaissances et d’appui.


Le Conseil économique national (NEC) existe au niveau fédéral. Il est dirigé par le vice-président, qui dirige également l'EMT. Cela permet une coordination harmonieuse entre les deux organes, les différents niveaux agissants en tant que partenaires et facilitateurs de politiques interdépendantes plutôt qu'en tant que concurrents pour la domination politique.


À la fin de l'entretien, Yemi a posé trois questions aux autres conseillers du réseau :


1. Combien d'entre vous occupent des postes structurés ou non ?


2. Quel est le défi le plus urgent sur le plan économique ?


3. Comment vous tenez-vous au courant des dernières idées en matière d'élaboration de politiques ?


Nous avons les prémices d'une réponse à la première question basée sur les informations partagées par les conseillers en lors du Forum. 15 sur 19 ont estimé que leur rôle était institutionnalisé. Il serait intéressant de continuer les discussions sur les intersections de la structure et de la flexibilité dans le rôle de conseiller.


Nous donnons la parole à tous les conseillers pour qu'ils répondent aux questions restantes. Merci de bien vouloir utiliser la fonction commentaires sur ce site Web et/ou partager les réponses sur le groupe WhatsApp.


Les derniers mots appartiennent à Yemi. « [En fin de compte] le but d'un conseiller est d'aider le gouvernement à atteindre ses objectifs ». Cela peut parfois signifier que les conseillers s’éloignent des considérations de rang et de hiérarchie. Souvent, cela implique de participer à travers une analyse technique minutieuse et une communication politique. Ce sont des postes que Yemi a navigué depuis près de quatre ans. En tant que membres du réseau, nous sommes privilégiés pour cette brève occasion de tirer profit de son expérience

36 views0 comments

© 2020 by African Chief Economists of Government Initiative